Message de Mgr Jacques Benoit-Gonnin
suite à la profanation de l’église Saint-Éloi à Compiègne

Messe de réparation célébrée le 13 août à 18h30 dans l’église Saint-Éloi.

Une opportunité pour réagir à « hauteur chrétienne. »

On est entré par effraction dans l’église Saint-Éloi de Compiègne ; on y a fait des dégradations ; on y a fracturé la porte du tabernacle et profané la Sainte Réserve.

Beaucoup sont surpris et peinés.

Les chrétiens catholiques sont, plus encore, blessés et meurtris. On a violé un lieu qui est un lieu de rassemblement paisible et de culte. Ils s’y rassemblent pour y rencontrer Dieu ensemble, et pour y célébrer de nombreux actes heureux ou douloureux de leur existence. Plus encore, on a violé un lieu (le tabernacle) où Il est adoré, dans sa « présence réelle », Lui qui demeure proche et veut se donner en nourriture à ses disciples, pour leur communiquer sa force de vie, d’amour, et d’espérance.

Dans la tristesse et la souffrance que j’éprouve avec les chrétiens catholiques, je les invite à faire de cet événement, (pour lequel j’espère que les autorités de police feront diligence pour en clarifier l’origine, et en éviter la reproduction), une opportunité pour réagir à « hauteur chrétienne. »

Celui en qui nous croyons est Dieu de paix. Nous ne voulons pas laisser la suspicion, la colère et la violence prendre le dessus, par rapport aux sentiments et attitudes d’amour, de pardon et de paix qu’Il veut nous inspirer. La violence contre « la réserve eucharistique » actualise, d’une certaine manière, celle dont Jésus a été l’objet en sa Passion. Ses sentiments doivent inspirer les nôtres. « Père, pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23, 34).

Dans ce sens, nous voulons nous faire encore plus proches de Jésus, par la prière, puisque nous savons qui Il est, et ce qu’est Sa « présence réelle » conservée au tabernacle, pour les malades et l’adoration. Une messe de réparation aura lieu le mardi 13 août à 18h30 dans l’église Saint-Eloi. Elle sera précédée de la récitation du chapelet. Ne pouvant la présider moi-même, j’ai demandé au Père Emmanuel Gosset, Vicaire général de le faire. Je m’y unirai d’intention.

«  Que le Dieu de l’Espérance vous remplisse, vous qui croyez, de joie et de paix parfaites, afin que vous débordiez d’espérance par la puissance de l’Esprit Saint. »

(Épître aux Romains 15, 13)

+ Jacques Benoit-Gonnin,
évêque de Beauvais, Noyon et Senlis

sainteloi